Le pool bancaire national apporte 75 milliards de Fcfa

admin 28 janvier 2014 0

Le pool bancaire national et la Société burkinabè des fibres et textiles (SOFITEX) ont signé le mardi 21 janvier 2014 à  Ouagadougou, une convention de financement d’un montant de 75 milliards de F CFA. Un fonds qui est destiné essentiellement aux financements des activités de transport du coton, à  son égrenage, à  sa commercialisation et au paiement des cotonculteurs.

75 milliards de F CFA, tel est le montant du pràªt octroyé par le pool bancaire national à  la Société burkinabè des fibres et textiles (SOFITEX) au compte de la campagne cotonnière 2013/ 2014. Selon le directeur général de la société, Jean Paul Sawadogo, cette enveloppe va servir entre autres, au financement du transport du coton, à  son égrenage et à  l’acheminement des balles de fibres vers les ports d’embarquement. Le fonds qui tombe à  pic dans le contexte actuel des récoltes, a poursuivi M. Sawadogo, va permettre également à  la SOFITEX de respecter ses engagements vis-à -vis des producteurs de coton en les payant dans les délais. C’est-à -dire une semaine après l’enlèvement du coton. Aussi a-t-il salué les banques pour le financement et la confiance placée en sa structure. En effet, avant l’acte formel de signature, les banquiers ont consenti le paiement des cotonculteurs en décembre 2013. Ceux-ci ont donc pu disposer de ressources plus rapidement que de coutume et ont pu faire face aux dépenses de fin d’année. « La rigueur et la qualité des services sont saluées par les cotonculteurs qui souhaitent leur pérennisation » a-t-il dit à  l’adresse des membres du pool bancaire qui se trouve àªtre l’ensemble des banques installées au Burkina Faso. Et son souhait, c’est de voir les concertations s’enclencher en vue de répondre favorablement d’une part aux vœux des producteurs de coton et d’autre part de dynamiser le partenariat avec le pool bancaire national. Le directeur général de Ecobank, chef de file du pool, Cheikh Travaly s’est inscrit dans la màªme vision de collaboration comme il l’a ainsi laissé entendre : « Nous pouvons vous rassurer quant à  la disponibilité des banques à  accompagner les acteurs de la filière cotonnière pour une meilleure contribution au développement du Burkina Faso ». Pour M. Travaly, l’augmentation de l’enveloppe financière qui est passé de 70 en 2013 à  75 milliards en 2014 témoigne de la bonne santé financière de la nationale des fibres et textiles ainsi que de sa bonne gestion. En sus, la campagne a vu sa production augmenter de 10 %, passant à  550 mille tonnes de coton graine contre 500 mille tonnes l’année écoulée, a-t-il fait observer. Pour M. Travaly, le fonds pràªté dénote également de l’engagement des banques nationales à  soutenir les efforts de développement du pays dont l’économie est majoritairement agricole. Cela justifie aussi le renforcement du rang des banques partenaires qui est passé de 10 à  11.

50 milliards vont àªtre directement pràªtés aux producteurs

M. Travaly a fait savoir aux invités-témoins de la signature de convention, notamment les représentants des banques membres du pool, le représentant du ministre de l’Economie et des Finances, les responsables des sociétés cotonnières et des associations de producteurs de coton que désormais, le pool va au-delà  du financement traditionnel fait à  la SOFITEX. « Les banques sont devenues de véritables partenaires de la SOFITEX dans la promotion du secteur par des financements directs aux producteurs dans leurs activités de production », a-t-il déclaré. Ainsi, environ 50 milliards vont àªtre directement pràªtés aux producteurs. Une innovation qui va booster la production cotonnière en croissance depuis quelques années. Les remboursements par les groupements et les sociétés font partie des garanties des banques. Mais des initiatives sont en vue pour sécuriser les financements. Concernant le remboursement du pràªt octroyé en 2013, M. Travaly a indiqué qu’il a été intégralement consommé et remboursé à  84,2% du montant initial. Cependant, il reste confiant quant au remboursement du reliquat puisque la production de coton fibre exportée dépasse 80 mille tonnes et que les factures tirées couvrent largement le montant des encours accordés à  la SOFITEX. Autres informations d’importance livrée par le Directeur général de la SOFITEX : « l’accréditation du Laboratoire de classement de la fibre de coton de la SOFITEX aux normes ISO 17025 depuis août 2013 ». Cela atteste de la qualité dudit laboratoire et de ses compétences techniques. Et Jean Paul Sawadogo d’insister : « C’est le seul laboratoire du genre en Afrique ». Pour sa part, le président du l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPCB), Karim Traoré a salué les signataires de la convention envers qui il a traduit sa reconnaissance. Le financement de son point de vue contribue à  l’amélioration de la production du coton au Burkina Faso.

Leave A Response »