Créée en 2006, elle représente un cadre de concertation regroupant les producteurs et les égreneurs avec l’Etat comme arbitre. La création de l’AICB marque l’aboutissement du processus de libéralisation de la filière cotonnière burkinabè.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *