MESSAGE DU PRESIDENT DE L’UNPCB A L’ENSEMBLE DES COTONCULTEURS

Chers producteurs de coton, il me plait aujourd’hui de m’adresser à vous sur un sujet d’une importance capitale dont vous en avez d’ailleurs déjà connaissance : La fumure organique.

 Lors de nos différentes sorties-terrain et grandes rencontres comme les Fora, nous n’avons de cesse de vous interpeller sur l’usage de la fumure organique.

Afin de booster nos rendements, il serait judicieux que nous producteurs, nous ne ménagions aucun effort pour « nourrir » conséquemment la terre. Les engrais minéraux seuls ne suffisant pas, il est une nécessité d’y ajouter la fumure organique.

La fumure organique est en effet une source  d’éléments nutritifs majeurs pour les cotonniers. Elle est indispensable pour éviter les carences préjudiciables aux cotonniers, puisqu’elle enrichit les sols en apportant des matières organiques suffisantes, en améliorant les qualités physico-chimiques de la terre , en préservant la texture des matières minérales comme le sable et l’argile et en favorisant considérablement la production d’humus composé de matière sèche telle que la paille ou des débris végétaux.

Les agronomes et chercheurs nous ont enseigné, qu’elle contient de  l’azote, du phosphore ou la potasse.

Chers producteurs ; la production de la fumure organique nécessite certes de l’effort mais je voudrais vous exhorter à faire de votre mieux pour en produire pour vos champs,  qu’elle soit d’origine végétale (débris végétaux),animale (excréments, litière), ménagère (décrets alimentaires). Nos sols sont épuisés, ils doivent sans cesse être entretenus pour qu’ils soient toujours productifs.

Je compte sur tout un chacun de vous pour relayer ce message afin qu’un grand nombre de producteurs de coton puisse l’entendre et en faire bon usage.

Je vous remercie!

Nikiebo N’KAMBI, président de l’UNPCB