Coton : les craintes sur la demande impactent les cours

le cours du coton n’est pas encore satisfaisant. Mais les pas du sud développent des initiatives pour faire face. Ainsi, dans cet article de Elisabeth STUDER, le Brésil veut signer des accords de partenariat avec les pays du C4 pour développer les filières coton de ces pays d’Afrique.

Les prix du coton ont légèrement reculé cette semaine à  New York.

Si les chiffres à  l’exportation se sont montrés quelque peu satisfaisants, les investisseurs redoutent avant toute choses une baisse de la demande.

Alors que les prix avaient repris une certaine vigueur jeudi, suite à  de frctueux résultats à  l’exportation – en majorité à  destination de la Chine – la publication vendredi du chiffre de croissance aux Etats-Unis a inversé la tendance. Vers 16H20 GMT (17H20 HEC), le contrat pour livraison en mai valait 43,22 cents la livre, contre 44,10 cents vendredi dernier en clà´ture.

L’indice Cotlook A, moyenne quotidienne des cinq prix du coton les plus faibles sur le marché physique dans les ports d’Orient, s’échangeait à  52,80 dollars, contre 53,65 dollars vendredi dernier. L’inquiétude est de mise du cà´té des investisseurs : une contraction de l’activité de 6,2% a été constatée au quatrième trimestre.

Certes, lors du forum annuel du département américain à  l’Agriculture, les économistes de l’USDA ont noté que la combinaison d’une baisse rapide de la production et de la consommation soutenait les prix pour l’année 2008-2009. Pour la période 2009-2010, ils estiment d’ores et déjà  qu’une production un peu plus faible et une consommation un peu plus forte devraient réduire les stocks mondiaux de 10% environ.

La semaine dernière, le Brésil a signé à  Bamako, un accord pour développer le secteur du coton au Mali. Ce dernier constitue une réponse à  une requàªte formulée par quatre pays producteurs africains regroupés pour défendre leurs intéràªts au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Le Brésil signera un accord de màªme type avec le Bénin, le Burkina Faso et le Tchad. Ces quatre principaux pays producteurs de coton de l’Afrique sub-saharienne ont été confrontés, ces dernières années, à  une baisse drastique de leur niveau de production cotonnière.

La baisse prolongée des cours du coton due aux énormes subventions accordées par certains grands pays à  leurs producteurs et à  certaines pratiques de gestion a plongé le secteur cotonnier du Mali dans une crise profonde, estiment quant à  elles les autorités maliennes.

Dans la màªme optique, le projet de budget dévoilé jeudi par les Etats-Unis prévoit de réduire les « paiements directs » aux agriculteurs dont le chiffre d’affaires dépasse 500.000 dollars par an et de supprimer les aides pour l’entreposage du coton.

Sources : AWP/AFP, Xinhua

Par Elisabeth Studer le 1 mars 2009

About admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recent Comments

Aucun commentaire à afficher.