Rechercher :
Email Address

email@example.com

Customer Support

70 975 975 70

Office Address

California Floor, USA 1208

Our Services

There are many variations of passages of Lorem Ipsum available but the majority have suffered alteration in some form by injected humour.

Explore

Explore
Customer Assistance

There are many variations of dummy that passages of Lorem Ipsum available but an the majority have suffered that is dummy alteration in some.

Read More
Explore

Explore
Innovative Ideas

There are many variations of dummy that passages of Lorem Ipsum available but an the majority have suffered that is dummy alteration in some.

Read More
Explore

Explore
Global Presence

There are many variations of dummy that passages of Lorem Ipsum available but an the majority have suffered that is dummy alteration in some.

Read More
image
image
image
image
image
image

Our Features

There are many variations of passages of Lorem Ipsum available but the majority have suffered alteration in some form by injected humour.

Business Growth

There are many variations passages of Lorem Ipsum available but the abo majority have suffered.

Sustainability

There are many variations passages of Lorem Ipsum available but the abo majority have suffered.

Performance

There are many variations passages of Lorem Ipsum available but the abo majority have suffered.

Organization

There are many variations passages of Lorem Ipsum available but the abo majority have suffered.

Saving Strategy

There are many variations passages of Lorem Ipsum available but the abo majority have suffered.

Retirement Planning

There are many variations passages of Lorem Ipsum available but the abo majority have suffered.

image

Become a Part of Community !

Get in touch with us and send some basic info for a quick quote

Campagne cotonnière fortement menacée par les jassides : l’UNPCB à l’écoute de ses membres.

Ce Jeudi 29 septembre 2022, une équipe de l’Union Nationale  des Producteurs de Coton du Burkina(UNPCB) avec à sa tête son président N’KAMBI Nikiebo s’est rendue à Bodialedaga dans le département de Léna, province du Houet dans le cadre de sa traditionnelle sortie de suivi de campagne. Etaient présents à ses côtés, une délégation de la SOFITEX et les responsables de l’Union provinciale du Houet et de l’Union départementale de Léna. Cette visite a eu pour but de constater l’évolution des champs de coton en partie détruit par les jassides.

 

Echange entre le Conseil d’Administration de l’UNPCB et les producteurs

Fidèle à sa mission de défense des intérêts matériels et moraux de ses membres, l’UNPCB en début, milieu et fin de chaque campagne cotonnière, effectue des sorties afin de toucher du doigt les réalités du terrain. Cette année, c’est dans un contexte particulier marqué par la crise sécuritaire d’une part et la forte présence des jassides dans les champs, qu’Innocent TIEMTORE a accueilli l’UNPCB pour le lancement de sa seconde tournée de suivi de la campagne cotonnière. Désolation et inquiétude sont les sentiments qui animent ce dernier. Sur sa première superficie de 1,5 hectares , Innocent TIEMTORE estime son rendement à moins de 500 kg et pour cause, les jassides ayant attaqués le champ avant même la phase de la floraison. Ce qui a eu pour conséquences l’assèchement des cotonniers et la non éclosion des sans capsules.  Pour le producteur, les impayés sont inévitables : « J’ai emblavé deux champs, un de 1, 5 hectares et l’autre de 3 hectares. Les années antérieures, je pouvais avoir un rendement de deux tonnes à l’hectare. Mais cette année, mon champ de 1,5 hectare est irrécupérable. Je ne peux pas avoir même 500 KG sur cette superficie. Dans le champ de 3 hectares qui contient des semis précoces, j’espère avoir une tonne à l’hectare car étant moins attaqués. Les années précédentes, mon rendement était de deux tonnes à l’hectare. Cette année, je ne sais pas si je pourrai apurer mon crédit de 400.000 FCFA ».

Champ attaqué par les jassides

Pour Awa TRAORE, la cheffe de production agricole au niveau de la région cotonnière de bobo, le phénomène des jassides peut être lié à la périodicité des semis : «  les jassides sont des insectes connu de tous. Les années antérieures ils apparaissaient de façon tardive au moment ou bon nombre de producteur récoltaient déjà le coton. Mais cette année, non seulement ils sont apparu plutôt mais en très très grande quantité. De ce fait, les produits que nous utilisions les années précédentes n’arrivent pas à les contrôler et les semis tardifs ont été les plus vulnérables ». NIKIEBO N’KAMBI, président de l’UNPCB, a quant à lui appelé les producteurs à la résilience : « Cette année, avec le soutien du gouvernement à la faveur duquel le prix d’achat du coton graine a connu une hausse, les producteurs de coton se sont mis au travail dans l’optique de reconquérir la première place dans la sous-région et on était bien parti pour relever ce défi. Malheureusement, à l’insécurité est venue s’ajouter les jassides qui ont carrément détruit les champs. C’est vraiment le désarroi pour nous les producteurs. La recherche est à l’œuvre pour mettre au point des solutions et nous espérons qu’elles seront efficaces. 60% des semis au Burkina Faso sont précoces donc moins touché par les jassides, donc nous gardons toujours l’espoir que nous ne serons pas très éloignés de nos objectifs ». Le président de l’UNPCB a profité aussi de l’occasion pour encourager les producteurs de coton à tenir bon, face à la situation et a par ailleurs exhorté les partenaires techniques et financiers à se joindre à eux pour les aider à sortir de cette impasse. Le coordonnateur de l’UNPCB COULIBALY Hèrra Patrice pour sa part à signifier que les agents techniques terrain de l’UNPCB sont en œuvre pour assurer un suivi de proximité de qualité et l’UNPCB ne ménage aucun effort pour communiquer régulièrement sur les solutions envisageables. Jusqu’au 04 octobre 2022, les membres du Conseil d’Administration sillonneront les 27 Unions Provinciales de Producteurs de Coton pour connaître les spécificités de chaque localité.

Usine secobio SA de Koudougou : le nouveau Directeur général officiellement installé dans ses fonctions

A gauche le DG sorti Bernard ZOUGOURI et à droite le DG entré Kalo MILLOGO

KOUDOUGOU le  16 septembre 2022, le président du conseil d’administration de l’usine secobio et président de l’UNPCB, ‘, a procédé à l’installation officielle du nouveau Directeur Général de l’Usine Secobio. La cérémonie d’installation a eu lieu en présence du Secrétaire permanent de la filière coton libéralisée, du Directeur Régional du Ministère de l’industrie et du commerce, des partenaires techniques et financiers et de l’ensemble du personnel.

Kalo MILLOGO est maintenant le nouveau Directeur Général de  l’usine secobio, la toute première unité industrielle d’égrainage dédiée au coton biologique au Burkina Faso et en Afrique de l’Ouest et du Centre. Avant sa nomination, il a occupé pendant 4 ans le poste de coordonnateur à l’Union Nationale des Producteurs de Coton du Burkina (UNPCB). Il remplace à ce poste  désormais à la retraite.   ‘ dans son allocution d’installation a rappelé à qu’au regard de son brillant parcours au sein de la filière cotonnière, il devrait œuvrer à être un rassembleur et un manager avisé en retenant, évaluant, modulant et orientant toutes les contributions dans la direction qui permettront d’atteindre le plus vite possible les objectifs qui sont attendus de lui. Il a par ailleurs demandé à l’ensemble du personnel de lui prêter main forte. Prenant la parole à la suite de son installation, a d’abord tenue à remercier le conseil d’administration de secobio pour la confiance placée en sa modeste personne. Il a rappelé qu’ayant connaissance des défis de l’usine secobio, il mesure avec sérénité l’ampleur des missions qui lui sont assignées ainsi que les attentes vis-à-vis de lui. Il a ainsi  donc pris un engagement ferme tout en comptant sur l’accompagnement de tous, notamment de l’UNPCB , à travailler d’arrache-pied afin que la production du coton biologique puisse se positionner et ouvrir des perspectives à de milliers de personnes qui peuvent y investir. Quand au Directeur Général sortant , c’est avec un sentiment de travail bien accompli dans la limite de ses moyens et ce avec le concours de tout le personnel, qu’il a passé le flambeau à son successeur. Il affirme de sa disponibilité à toujours accompagner les acteurs si besoin en était. Le  personnel par la voix de son délégué , a  fait son au-revoir au Directeur Général sortant en retenant de lui un homme bon et juste, travailleur et rassembleur. Il a aussi souhaité la bienvenue au nouveau Directeur Général et le rassurer de sa disponibilité à collaborer en toute franchise pour le rayonnement de SECOBIO.

MESSAGE DU PRESIDENT DE L’UNPCB A L’ENSEMBLE DES COTONCULTEURS

Chers producteurs de coton, il me plait aujourd’hui de m’adresser à vous sur un sujet d’une importance capitale dont vous en avez d’ailleurs déjà connaissance : La fumure organique.

 Lors de nos différentes sorties-terrain et grandes rencontres comme les Fora, nous n’avons de cesse de vous interpeller sur l’usage de la fumure organique.

Afin de booster nos rendements, il serait judicieux que nous producteurs, nous ne ménagions aucun effort pour « nourrir » conséquemment la terre. Les engrais minéraux seuls ne suffisant pas, il est une nécessité d’y ajouter la fumure organique.

La fumure organique est en effet une source  d’éléments nutritifs majeurs pour les cotonniers. Elle est indispensable pour éviter les carences préjudiciables aux cotonniers, puisqu’elle enrichit les sols en apportant des matières organiques suffisantes, en améliorant les qualités physico-chimiques de la terre , en préservant la texture des matières minérales comme le sable et l’argile et en favorisant considérablement la production d’humus composé de matière sèche telle que la paille ou des débris végétaux.

Les agronomes et chercheurs nous ont enseigné, qu’elle contient de  l’azote, du phosphore ou la potasse.

Chers producteurs ; la production de la fumure organique nécessite certes de l’effort mais je voudrais vous exhorter à faire de votre mieux pour en produire pour vos champs,  qu’elle soit d’origine végétale (débris végétaux),animale (excréments, litière), ménagère (décrets alimentaires). Nos sols sont épuisés, ils doivent sans cesse être entretenus pour qu’ils soient toujours productifs.

Je compte sur tout un chacun de vous pour relayer ce message afin qu’un grand nombre de producteurs de coton puisse l’entendre et en faire bon usage.

Je vous remercie!

Nikiebo N’KAMBI, président de l’UNPCB

 

image